mercredi 16 août 2017

ZOMBILLÉNIUM


Au cinéma le 18 octobre 2017

Il va falloir encore attendre quelques jours pour découvrir la bande annonce de ce film d'animation qui promet d'avoir du mordant ! En attendant, nous pouvons faire connaissance avec les personnages.


Hector, un humain, contrôleur des normes de sécurité, déterminé à fermer l’établissement. Suite à un malheureux incident, il devient un drôle de monstre, séparé de sa fille Lucie. Coincé dans le parc, il broie du noir... Et si il devenait finalement la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?

Fan du parc Zombillenium, Lucie est la pétillante fille d'Hector !


Sorcière rebelle, Gretchen est la stagiaire de service au parc. Sa mission: aider Hector à s'acclimater au sein de Zombillenium, et visiblement ca l'enchante.

Steven est un vampire, beau et charismatique.


Aton est un ancien pharaon de l'Egypte antique, il est maintenant l'acolyte de Sirius !

Sirius est un brin baratineur et mythomane.
Il est l'actuel délégué syndical de Zombillenium.


Francis est élegant et décontracté, il incarne le patron paternaliste à l'ancienne qui se soucie avant tout de la vie sociale des monstres.

Tiré de la bande-dessinée Zombillénium d’Arthur de Pins
Un film d’Arthur de Pins et Alexis Ducord


Résumé : Parc d’attractions peuplé de vrais monstres, Zombillénium accueille l’aventure d’Hector, un humain contrôleur des normes qui est sur le point de fermer l’établissement. Francis, le Vampire Directeur du Parc n’a d’autre choix que de l’embaucher pour éviter qu’Hector ne révèle la véritable identité des monstres.

Désireux de revoir sa fille vivant à l'extérieur, Hector fera tout pour échapper à ses nouveaux collègues Zombies, Loups-Garous et Vampires.

Alors qu’il était venu pour tout fermer, Hector ne pourrait-il pas devenir la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?

 
#Zombillenium

Autre post du blog lié à ZOMBILLÉNIUM

lundi 14 août 2017

WIND RIVER


Thriller/Efficace, marquant, glaçant

Réalisé par Taylor Sheridan
Avec Elizabeth Olsen, Jeremy Renner, Kelsey Asbille, Jon Bernthal, Julia Jones, Gil Birmingham, Graham Greene, Teo Briones...

Long-métrage Américain 
Durée : 01h50mn
Année de production : 2017
Distributeur : Metropolitan FilmExport 

Interdit aux moins de 12 ans

Date de sortie sur les écrans américains : 4 août 2017
Date de sortie sur nos écrans : 30 août 2017


Résumé : Cory Lambert est pisteur dans la réserve indienne de Wind River, perdue dans l’immensité sauvage du Wyoming. Lorsqu’il découvre le corps d’une femme en pleine nature, le FBI envoie une jeune recrue élucider ce meurtre. Fortement lié à la communauté amérindienne, il va l’aider à mener l’enquête dans ce milieu hostile, ravagé par la violence et l’isolement, où la loi des hommes s’estompe face à celle impitoyable de la nature…

Bande annonce (VOSTFR)


Extrait - La découverte du corps (VOSTFR)



Making Of - Jeremy Renner (VOSTFR)


Ce que j'en ai pensé : WIND RIVER est un vrai thriller. Hyper violent (c'est un film à réserver plutôt aux adultes), il est très dur dans ses thématiques. La façon qu'à Taylor Sheridan d'écrire des scénarios dans lesquels les hommes se retrouvent dans une nature immense et sauvage au milieu de laquelle des intrigues intimes affrontent une violence brutale est une véritable réussite.


WIND RIVER ne fait pas exception à la règle. En plus, cette fois, il est aussi passé derrière la caméra pour mettre en scène son histoire. Le résultat est plus que convaincant.

Taylor Sheridan, le scénariste et réalisateur de WIND RIVER

Sa réalisation explique le cadre de l'intrigue intelligemment. Il y a un juste équilibre entre les dialogues, les scènes de paysage et l'action. Les trois sont parfois présents en même temps. Il y a des moments de haute tension. L'histoire est clairement expliquée et on comprend qu'à la périphérie de cette enquête, c'est la souffrance qui est le fil conducteur. Taylor Sheridan nous angoisse et nous fait vivre des émotions intenses : la peine et la colère - toutes deux dévastatrices - nous assaillissent tout autant que les personnages du film. Elles sont montrées avec pudeur, mais sont extrêmement présentes. Il réussit à faire ressortir une vraie sensibilité au milieu de toute cette horreur, pour nous marquer et nous préparer à son message final. Son scénario joue avec notre morale et brouille les pistes de la justice.

Jeremy Renner interprète Cory Lambert. Il est à la fois crédible dans le rôle du chasseur, qui connaît par cœur son territoire et n'hésite pas à s'occuper des prédateurs qui l'occupent, et touchant dans le rôle d'un père qui vit avec un passé trop lourd à porter.



Elizabeth Olsen interprète Jane Banner, une agent du FBI en début de carrière, peu préparée à ce qui l'attend, mais décidée à trouver le responsable de la mort atroce d'une jeune fille. Sa vision et sa découverte de l’environnement du meurtre sont des miroirs de la nôtre.




WIND RIVER nous choque et nous retourne les tripes tout en explorant des thématiques telles que le deuil, la lente mort des cultures amérindiennes, le traitement de seconde zone de ces peuples, l'impact de l'immensité, du silence et de la rigueur extrême du climat du Wyoming sur les esprits faibles, les angoisses intenses de la parentalité... Véritable thriller, il ne laisse pas indifférent, ni par son traitement, ni par ses sujets. À découvrir absolument, si vous n'avez pas froid aux yeux.

NOTES DE PRODUCTION 
(Á ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers !)

NOTE DU RÉALISATEUR

Lorsque je me suis lancé dans l’aventure de WIND RIVER, mon premier film en tant que réalisateur, je l’ai vu comme la conclusion de la trilogie que j’ai écrite sur le thème de la Frontière américaine moderne. Le premier chapitre, SICARIO, abordait l’épidémie de violence le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, et le second, COMANCHERIA, se concentrait sur le choc entre l’immense richesse et la pauvreté dans l’ouest du Texas. WIND RIVER représente donc le dernier chapitre, en forme de catharsis, de cette trilogie. WIND RIVER explore ce qui constitue sans doute à la fois les vestiges les plus tangibles de la Frontière américaine et le plus grand échec de l’Amérique : la réserve amérindienne. Au niveau le plus intime, il s’agit de l’étude de la manière dont un homme continue à avancer après une tragédie, sans arriver à tourner la page. C’est aussi, à un niveau plus global, l’étude des conséquences nées du fait de forcer un peuple à vivre sur une terre qui n’était pas destinée à l’accueillir. Il est question d’un territoire sauvage, brutal, où le paysage lui-même est un ennemi. De terres où l’addiction et le meurtre tuent plus que le cancer, où le viol est considéré comme un rite de passage pour les jeunes filles devenant femmes. De terres où la loi des hommes cède devant celle de la nature. Nulle part ailleurs en Amérique du Nord les choses n’ont moins évolué au cours du siècle dernier, et nul autre lieu en Amérique n’a davantage souffert de ces maigres changements.

Taylor Sheridan  

ENTRETIEN AVEC TAYLOR SHERIDAN

Quels sont les événements qui vous ont inspiré ce film ?

Il s’agit plutôt d’une série d’événements. Certains problèmes sont endémiques dans les réserves indiennes, et ils sont pourtant largement ignorés. Lorsque je me suis retrouvé en position de leur donner une voix, de les faire largement connaître, je m’y suis employé.

Qu’est-ce qui vous a inspiré Cory Lambert, le personnage joué par Jeremy Renner, et pourquoi avoir choisi précisément cet acteur pour l’interpréter ?

J’étais intrigué par la notion de devoir continuer à vivre après une tragédie sans arriver à tourner la page, et j’ai eu envie d’explorer ce thème à travers un personnage. Je me suis efforcé de proposer au public un regard vrai sur la souffrance et sur les violences faites aux femmes telles qu’elles se déroulent dans la réserve. Quant au casting de Jeremy, je trouve qu’il y a chez lui un mélange unique de force et de vulnérabilité. Il me fallait un acteur possédant un registre de jeu extrêmement large et une grande subtilité afin d’incarner toutes les nuances du personnage, et Jeremy a réussi avec brio.

Comment avez-vous choisi Kelsey Asbille et les autres acteurs et actrices moins connus ?

Quand vous distribuez les rôles d’un film, vous vous efforcez de trouver des acteurs capables de capter l’essence des personnages que vous avez créés. Pour interpréter Natalie, je voulais une actrice qui possède une grande force d’âme. Je voulais voir en elle la guerrière, et je voulais aussi voir l’espoir, la jeunesse et l’amour. Kelsey incarne tout cela. C’est la même chose pour les autres personnages. Tokala Clifford, qui joue Sam, a réellement grandi dans une réserve, tout comme Martin Sensmeier, qui interprète Chip. Ils connaissent donc extrêmement bien ce monde et ils étaient capables de donner vie à ces personnages avec justesse.

Pouvez-vous nous parler de votre processus de recherche ?

Pour mes recherches, j’ai fait appel à mes amis qui vivent dans la réserve ; je suis allé les voir, j’ai écouté tout ce qu’ils m’ont raconté. J’ai passé beaucoup de temps avec les Amérindiens et j’ai recueilli leurs histoires, toutes celles dont on ne parle jamais et que le monde ignore. Voilà mon processus : j’ai partagé, vécu tout cela.

Avez-vous consulté ou fait appel à des communautés amérindiennes pour créer ce film ?

Oui, j’ai envoyé le scénario aux tribus Arapahoe et Shoshone de la réserve de Wind River avant le tournage, et elles nous ont offert leur soutien. Ces Amérindiens sont venus sur le plateau et ils sont allés à Sundance. C’était extraordinaire qu’ils me fassent confiance pour raconter cette histoire.

Comment avez-vous procédé pour le casting de vos acteurs amérindiens ?

Avez-vous travaillé avec des acteurs non professionnels ou des habitants de la réserve ? Effectivement, il y en a quelques-uns. Althea Sam, qui joue Annie, l’épouse de Martin et la mère de Natalie, était une figurante pour le film. Je l’ai rencontrée sur le plateau et j’ai discuté avec elle, nous avons parlé du fait qu’elle et ses parents avaient connu des choses similaires. Alors je lui ai demandé si elle aimerait tenir ce rôle. Je l’ai prévenue que ce serait très difficile, mais elle a accepté. Elle n’était pas actrice, mais elle l’est maintenant. Elle a été sensationnelle, elle est bouleversante.

Comment avez-vous travaillé avec la tribu Tunica-Biloxi de Louisiane ?

C’était vraiment formidable. Ils ont soutenu leur film et l’ont financé. Avoir leur soutien était très important à la fois pour les producteurs et pour moi. Ils m’ont fait confiance au plan créatif et m’ont soutenu financièrement.

Vous avez remercié la tribu Shoshone orientale et la tribu Arapahoe septentrionale. Pouvez-vous nous en dire plus sur leur poids ou leur contribution au film ?

Ces deux tribus ont accueilli le film, elles y ont adhéré. Elles m’ont permis d’utiliser leur drapeau et leurs emblèmes tribaux sans contrepartie. Ces gens nous ont apporté un soutien inconditionnel pour donner vie à cet univers. Ils méritaient au minimum d’être remerciés.

Pourquoi avoir choisi d’explorer la Frontière américaine moderne dans SICARIO, COMANCHERIA et WIND RIVER ?

La Frontière américaine moderne révèle qui nous sommes en tant que peuple. C’est un pays neuf, des terres dans lesquelles l’homme s’est installé récemment, et les conséquences de cette installation et de cette assimilation se font encore énormément sentir aujourd’hui. C’est un thème qui n’avait encore jamais été pleinement exploré au cinéma et j’avais envie de le révéler.

Vous parlez de ces films comme d’une trilogie…

J’ai effectivement écrit ces trois films dans l’ordre où ils sont sortis en salles. WIND RIVER vient compléter cette trilogie.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de passer à la réalisation sur ce troisième chapitre, en plus de l’écriture ?

C’était à mes yeux le film sur lequel je devais réussir, ou renoncer. Je me devais d’être pleinement responsable de ce qui est dit et de la manière dont c’est dit, par respect envers le peuple dont il est question, envers mes amis amérindiens qui ont vécu et souffert des choses dont parle le film. Je ne pouvais pas prendre le risque de me reposer sur un autre réalisateur qui n’aurait pas eu la même vision que moi.

Comment décririez-vous votre approche de la mise en scène ?

Je me considère comme un cinéaste naturaliste. Le réalisme est très important pour moi. Je fais tout pour saisir le monde tel qu’il est et m’assurer qu’il soit un personnage à part entière dans mes histoires, parce qu’il l’est dans nos vies. Je m’efforce de rendre le paysage aussi présent dans les films qu’il l’est dans nos vies. 

Vous avez choisi de clore votre film en disant que l’on dresse des statistiques des personnes disparues pour tous les profils démographiques, sauf pour les femmes amérindiennes, et que personne ne sait combien ont disparu. Comment avez-vous fait cette découverte ?

J’ai mis le doigt sur ce problème en passant du temps dans la réserve, et quand on m’a raconté cette histoire, dans une certaine mesure. Quant aux statistiques, il n’en existe pas. Je n’ai pu en trouver aucune, et personne ne l’a pu. J’ai contacté le Département de la Justice, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies du Département de la Santé. J’ai appelé tout le monde. Compiler ces statistiques relève de la mission de l’État et celui-ci n’a aucune autorité sur les réserves, qui sont des territoires fédéraux. Et donc, il n’y a personne pour se préoccuper de ces disparitions et des statistiques.

Quels sont vos projets à présent ? Une autre trilogie ?


Je ne sais pas encore. Je travaille sur cette série, « Yellowstone », pour Harvey [Weinstein], c’est un projet qui m’enthousiasme beaucoup. J’ai un autre projet pour Netflix, un pour Warner et Sony, et deux ou trois autres choses en vue.  

Copyright © 2016 Wind River Productions, LLC All Rights Reserved
Textes : Pascale & Gilles Legardinier

  
#WindRiver

Autre post du blog lié à WIND RIVER

vendredi 11 août 2017

LA BELLE ET LA BÊTE



Cette jolie histoire d'amour assume son côté comédie musicale et nous offre un divertissement très agréable. Retrouvez mon avis sur ce film ici.
 
DISPONIBLE DÈS AUJOURD’HUI EN ACHAT DIGITAL 


DISPONIBLE LE 23 AOÛT EN BLU-RAY 3D, BLU-RAY, DVD ET VOD

REDÉCOUVREZ UN EXTRAIT DU FILM : BELLE APPREND À LIRE À UNE JEUNE FILLE
 
 
Extrait - Au lavoir (VF)
 


L’HISTOIRE

L’histoire et les personnages tant aimés du grand classique de l’animation Disney LA BELLE ET LA BÊTE prennent désormais vie comme jamais à travers cette époustouflante adaptation en « live action » d’un des plus beaux récits jamais contés. 

LA BELLE ET LA BÊTE relate l’incroyable destinée de Belle, une jeune fille aussi brillante qu’indépendante, retenue prisonnière dans un château par une Bête hideuse. Bravant sa peur, elle se lie d’amitié avec les domestiques transformés en objets enchantés suite à un sortilège et découvre peu à peu qu’au-delà de l’apparence physique de la Bête se cache un véritable Prince au cœur pur…

Au générique du film: Emma Watson dans le rôle de Belle; Dan Stevens dans celui de la Bête; Luke Evans dans celui de Gaston, le beau mais rustre villageois épris de Belle; Kevin Kline dans celui du père de Belle, Maurice; Josh Gad dans celui de Le Fou, l’aide-de-camp souffre-douleur de Gaston;Ewan McGregor dans celui du chandelier Lumière; Stanley Tucci dans celui du clavecin Maestro Cadenza; Gugu Mbatha-Raw dans celui de Plumette, le plumeau ramasse-poussière; Audra McDonald dans celui de l’armoire Madame De Garderobe; Hattie Morahan dans celui de la jeteuse de sort; Nathan Mack dans celui de la tasse à café Chip ; Ian McKellen dans celui de l’horloge Big Ben et Emma Thompson dans celui de la théière, Madame Samovar.

Réalisé par Bill Condon et adapté du grand classique Disney de 1991, LA BELLE ET LA BÊTE doit son scenario à Evan Spiliotopoulos, Stephen Chbosky et Bill Condon. David Hoberman et Todd Lieberman en sont les producteurs pour Mandeville Films tandis que Jeffrey Silver, Thomas Schumacher et Don Hahn en sont les producteurs exécutifs. Alan Menken, qui a remporté 2 Oscars® (Meilleure musique originale et Meilleure chanson) pour le classique de l’animation, signe une nouvelle fois la musique, y intégrant des réenregistrements des chansons originales écrites par Howard Ashman et lui, ainsi que 3 nouvelles chansons cette fois écrites en collaboration avec Tim Rice.
 


BONUS BLU-RAY

* 3 mini-reportages : « Les répétitions enchantées » ; « Le conte réinventé » ; « Les femmes de la Belle et la Bête »
* Making of de 4 séquences musicales : « Belle » ; « Gaston » ; « C’est la fête » ; « Histoire éternelle »
* Présentation de la chanson « Jours enchantés » version longue par Bill Condon
* 8 scènes coupées présentées par le réalisateur Bill Condon : « Gaston courtise Belle » ; « Pain et confiture pour Agathe » ; « L’assaut » ; « Lumière embrasse Le Fou » ; « Monsieur Toilette » ; « Big Ben sauve Lumière » ; « Traiter les dames » ; « Le Fou et Monsieur Toilette réunis »
* 3 reportages musicaux : « L’Interview de Céline Dion » ; « Clip vidéo de la chanson « Beauty and the Beast » par Ariana Grande et John Legend » : « Making of du clip vidéo »
* Commentaires audio du réalisateur Jon Favreau

FICHE TECHNIQUE

Format : 16x9, 2 .40:1
Langues : Anglais en 7.1 DTS HD Master audio, Français en 5.1 DTS HD Haute résolution
Sous-titres : Anglais et français
 
 
Site officiel : www.disney.fr 

 
#LaBelleEtlaBête

Autre post du blog lié au film LA BELLE ET LA BÊTE

jeudi 10 août 2017

LE MUSÉE DES MERVEILLES


Au cinéma le 15 novembre 2017

Je vous partage la jolie affiche à colorier de ce film. Je trouve l'idée très sympa. Vous pouvez montrer vos œuvres sur les réseaux sociaux avec le hashtag du film.


Un film réalisé par TODD HAYNES

avec 
OAKES FEGLEY
JULIANNE MOORE
MICHELLE WILLIAMS
et pour la première fois à l'écran MILLICENT SIMMONDS

D'APRÈS UN ROMAN DE BRIAN SELZNICK
(HUGO CABRET)


Résumé : Adapté du roman de Brian Selznick, l’auteur de HUGO CABRET, LE MUSÉE DES MERVEILLES suit sur deux époques distinctes les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu’il n’a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d’une mystérieuse actrice (Julianne Moore).

Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère (Michelle Williams) l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

Teaser (VOSTFR)


#LeMuséeDesMerveilles


Autre post du blog lié au film LE MUSÉE DES MERVEILLES

mercredi 9 août 2017

BIG LITTLE LIES


En DVD le 9 août 2017

Cette mini série dramatique en sept épisodes de 57 minutes, diffusée sur HBO aux États-Unis et sur OCS en France, est une excellente surprise que je vous conseille. La réalisation de Jean-Marc Vallée brouille adroitement les pistes et intègre des effets de mise en scène originaux. Il joue parfaitement avec l'antagonisme entre la beauté des paysages et les sombres secrets que cachent les personnages. Cette série fait la part belle aux femmes avec un casting impressionnant et des actrices qui subliment leurs rôles. Sous les petits drames sociétaux se tisse des intrigues intimistes cruelles qui mènent au moment crucial. BIG LITTLE LIES est une série doté d'une vraie personnalité et qui tape dans le mille. 

Prix public conseillé : 19,99€ TTC

Épisodes réalisés par Jean-Marc Vallée
Avec Nicole Kidman (Celeste Wright), Reese Witherspoon (Madeline Martha Mackenzie), Alexander Skarsgard (Perry Wright), James Tupper (Nathan), Shailene Woodley (Jane Chapman), Kathryn Newton (Abigail Mackenzie), Adam Scott (Ed Mackenzie), Zoë Kravitz (Bonnie Carlson), Laura Dern (Renata Klein)...




Résumé : trois mères qui élèvent leurs enfants dans une banlieue paisible, se retrouvent impliquées dans une affaire de meurtre.

Nicole Kidman parle de son personnage Celeste Wright sur le red carpet

video

Shailene Woodley dans son rôle de jeune mère célibataire

video

Reese Witherspoon : "Chez HBO, on est comme une famille" 

video

Dans les coulisses du tournage

video

Le message derrière la série

video

#BigLittleLies

mardi 8 août 2017

MOTHER!


Au cinéma le 13 septembre

La bande annonce de MOTHER! est bien énigmatique. S'agit-il ici de pur folie ou de névrose attisée par des faits inquiétants bien réels ? J'espère que le scénario nous livrera tous ses mystères.

OSCAR® DE LA MEILLEURE ACTRICE 
JENNIFER LAWRENCE 

OSCAR® DU MEILLEUR ACTEUR 
JAVIER BARDEM 

UN FILM DE 
DARREN ARONOFSKY,
LE RÉALISATEUR DE BLACK SWAN ET REQUIEM FOR A DREAM

Bande annonce (VOSTFR)


Résumé : Un couple voit sa relation remise en question par l'arrivée d'invités imprévus, perturbant leur tranquillité. Réalisé par Darren Aronofsky (Black Swan, Requiem for a Dream), le film MOTHER! met en scène Jennifer Lawrence (Oscar de la Meilleure Actrice), Javier Bardem (Oscar du Meilleur Acteur), Ed Harris et Michelle Pfeiffer. Amour, dévotion et sacrifice sont au cœur de ce vibrant et captivant thriller psychologique.

***********
En Sélection aux festivals de Venise (74ème édition de la Mostra de Venise - Compétition Officielle) et de Toronto (Festival International du Film de Toronto 2017 - Galas and Special Presentations)

  
#MotherLeFilm

Autre post du blog lié au film MOTHER!

lundi 7 août 2017

HITMAN AND BODYGUARD


Au cinéma le 23 août 2017

La sortie de ce film se rapproche à grands pas. L'idée d'aller au cinéma pour rire un peu est toujours agréable. En plus, la dernière affiche exclusive pour la France (ci-dessous) ne cache pas que le film va être hyper référencé. On voit d'ailleurs immédiatement que les affiches des films LE RETOUR DE L'INSPECTEUR HARRY et L'ARME FATALE ont été des inspirations directes.

Un film réalisé par Patrick Hughes
Avec Ryan Reynolds, Samuel L. Jackson, Gary Oldman, Salma Hayek...


Résumé : Un redoutable tueur à gages (Samuel L. Jackson) est contraint de témoigner contre son ancien employeur devant la Cour internationale de justice de La Haye.Interpol est alors chargée de l’escorter jusqu’aux Pays-Bas et engage le meilleur garde du corps du métier (Ryan Reynolds) pour mener à bien cette mission.
Mais c’était sans savoir que depuis des années, les deux hommes s’opposent : les voilà désormais obligés de s’associer pour tenter de survivre aux pires épreuves… De l’Angleterre à La Haye, ils vont vivre une aventure délirante, une succession infernale de tentatives de meurtre, de courses-poursuites pour échapper à un dictateur d’Europe de l’Est (Gary Oldman) prêt à tout pour les éliminer.

Bande annonce (VOSTFR)


Extrait - Les Nonnes (VOSTFR)


  
HitmanAndBodyguard

Autre post du blog lié à HITMAN & BODYGUARD