jeudi 31 août 2017

LA NUIT NANARLAND DEUX


SAMEDI 23 SEPTEMBRE 2017

On m'en a dit que du bien dans mon oreillette, alors, même si je ne pourrais pas y être, je partage l'information puisqu'il paraît que c'est une nuit, pleine de nanars absolus, totalement assumée pendant laquelle on se marre bien !


Si toi aussi tu aimes les mauvais films sympathiques, les monstres qui chantent du heavy metal, les films d'heroic fantasy turcs, et les nanars improbables : 

découvre la bande-annonce de 
LA NUIT NANARLAND DEUX !!


SAMEDI 23 SEPTEMBRE
au cinéma Le Grand Rex (Paris) - 20h - tarif unique 20 €
Réservation ici

Le retour de la vengeance de la Nuit la plus dingue de la rentrée !

Au programme cette année : DANGEROUS MEN / MEGA FORCE / TARKAN CONTRE LES VIKINGS / BLACK ROSES

Et toujours : les cuts Nanarland, des extraits et bandes-annonces rares, des quizz avec plein de cadeaux (relativement) merveilleux à gagner pendant toute la nuit, Jean-François Rauger et ses cravates...

Un événement Nanarland.com, le site des mauvais films sympathiques, en association avec Tanzi Distribution.

Les films de cette édition deux 

Dangerous Men
John Rad (Jahangir Salehi) – 2005 – Etats-Unis – 79 min – VOSTF – DCP


Dans un monde ravagé par la délinquance où chaque homme est un violeur en puissance, une femme sans nom et son fiancé se promènent tranquillement sur une plage californienne. Confronté à deux bikers avides d’en découdre, l’homme perd la vie. Sa promise entame une vengeance décousue envers la gente masculine, son beau-frère policier… enquête ? Dur à dire. Toujours est-il que les cadavres et les slips blancs s’accumulent.

Trente ans. C’est le temps qu’il aura fallu à Jahangir Salehi pour boucler la production de sa deuxième réalisation, des premiers jets d’un script qu’on qualifiera d’abscons pour rester poli, à sa première sortie en 2005 sur quatre écrans de la région de Los Angeles, où la légende veut qu’il rapporta 70 maigres dollars pour sa seule semaine d’exploitation. En 2015, le film connaît une seconde vie grâce aux géniaux défricheurs du bis de chez Drafthouse Films, à qui l’on doit notamment le dépoussiérage du grandiose Miami Connection. Avec sa narration en coq-à-l’âne, ses ellipses incompréhensibles, sa musique systématiquement inappropriée, son montage brutal, ses personnages sortant de nulle part et sa conclusion défiant toute analyse, Dangerous Menpourrait être le Mulholland Drive du polar d’exploitation des années 1980 dans un univers parallèle où tout le monde serait saoul en permanence. Une vraie curiosité à découvrir dans une version sous-titrée française spécialement réalisée pour la Nuit Nanarland.





Megaforce
Hal Needham – 1982 – Etats-Unis – 99 min – VF – 35mm


En Galibie, petit pays au nom aussi exotique qu’imaginaire, la démocratie est en péril. Son président appelle à l’aide la Mega Force, autrement dit « la force combattante la plus puissante avec ses engins et ses armes les plus secrètes et les plus terrifiantes au service de la liberté ».

Qu’est-ce que la Mega Force, au juste ? Une bande de méga-justiciers rigolards en combinaison dorée, juchés sur des motocyclettes et des buggies équipées de lance-missiles, qui jouent les casques bleus d’opérette dans une débauche complètement puérile d’effets pyrotechniques. Ce qui est sidérant avec l’équipe Mega Force, c’est qu’ils se la jouent comment des gamins avec leur première mobylette : ils se battent en faisant des roues arrières, balancent des vannes toutes les 2 minutes et fanfaronnent bien au-delà du raisonnable, à l’image de leur chef, le viril et intrépide Ace Hunter incarné par un Barry Bostwick impeccable. Avec son brushing indestructible, son sourire émail-diamant et son joli bandeau bleu brodé, son personnage offre avec le recul une incarnation assez désarmante de l’Amérique triomphante des années Reagan.

Mega Force, c’est aussi un des premiers blockbusters modernes. 20 millions de dollars de budget (plus que Star Wars à l’époque), une sortie sur 1200 écrans aux Etats-Unis, une ligne de jouets et de nombreux produits dérivés : Mega Force est une méga-production avec des méga-ambitions, mais qui sera… un méga-bide. Parmi les fans du film, on citera notamment Matt Stone & Trey Parker, qui n’ont pas manqué de rendre hommage à Mega Force dans South Park, et ont même ouvertement repris son concept pour réaliser leur excellent Team America, police du monde.





Tarkan contre les vikings (Tarkan Viking Kani)
Mehmet Aslan – 1971 – Turquie – 86 min – VOSTF – DCP


Tarkan, fier guerrier descendant des Huns, se fighte sévère contre de méchants Vikings avant d’aller tabasser des hordes de Chinois aux yeux bleus. Epaulé par son chien, il finira par affronter un poulpe géant apathique.

Au grand bingo du nanar turc, Tarkan contre les Vikings permet de cocher toute la grille en un tirage. C’est simple, tout y est : le montage épileptique, les bastons frénétiques aux chorégraphies complètement inexistantes, les raccords douteux, le casting et les figurants au jeu outré, la repompe musicale de grands thèmes du cinéma, un usage peu subtil de l’accéléré, jeter de chien furtif, mannequin en mousse dégingandé, sans oublier l’hallucinante galerie de perruques XXL portées avec aplomb par un casting imperturbable. Ce qui est beau dans Tarkan contre les Vikings, c’est que le film vaut plus que la somme de ses parties. Ce supplément d’âme, il le doit à un fond de classicisme qui le distingue nettement du tout-venant des productions brouillonnes et hystériques que proposera ensuite le cinéma turc, de la fin des années 70 aux années 80. Au-delà de son esthétique « viking disco» (les boucliers sont décorés de pompons de laine fluo) et de son « craignos monster » d’anthologie, Tarkan est un vrai beau film de cinéma populaire que nous projetterons, afin de savourer pleinement la naïveté rafraîchissante de ses dialogues, dans une version sous-titrée française spécialement réalisée pour la Nuit Nanarland.





Black Roses
John Fasano – 1988 – Etats-Unis – 80 min – VF – 35mm


La venue du groupe de rock et de roll Black Roses perturbe la paisible communauté de Mill Basin. Le jour, le charismatique chanteur Damian rassure les parents de son tour de chant inoffensif à la Michael Bolton. La nuit, il corrompt les âmes juvéniles avec son HARD ROCK sorti de L’ENFER qu’il joue habillé de CUIR. Forcément, les ados deviennent incontrôlables. Le seul rempart contre l’anarchie est un enseignant moustachu.

L’observateur aguerri reconnaîtra derrière les instruments du groupe Black Roses des sommités de la scène métal des années 1980 comme Carmine Appice, ou encore un Vincent Pastore onze ans avant Les Sopranos, lauréat sans aucune contestation possible de la meilleure mort du film. Mais tout cela n’est que coquetterie, des cerises sur cette gâterie opulente qui saura satisfaire l’appétit de l’amateur de nanar le plus exigeant. Présenté dans sa somptueuse version française avec toute la saveur du grain 35mm, Black Roses vous séduira par son absurdité totale de film bassement anti hard-rock réalisé par un fan autoproclamé du genre, auteur un an auparavant du non moins halluciné Rock’n’Roll Nightmare. Les écarts savoureux de l’ensemble du casting, entre son héros apathique et son mauvais garçon ricanant, des effets vraiment spéciaux, un regard désespérant sur une jeunesse fatalement imbécile, une conception toute personnelle de la sexy attitude, non, vraiment, Black Roses a tout pour lui et plus encore.





#NuitNanarland

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire